La  carreto  ramado

 

 

 

BARBENTANE

 

Confrèrie des amis de la

Saint Jean

 

Un certain 
          Louis Gros a signalé la vente de la charrette de Saint-Eloi à 
          Barbentane en 1794 ce qui montre qu’elle était de sortie 
          avant la Révolution. Lors de la reprise des festivités 
          religieuses sous la Restauration, la fête avait lieu le premier 
          dimanche suivant la Saint-Jean.
La charrette était garnie de feuillage - la statue du Saint y trônait - et beaucoup de propriétaires se faisaient honneur d’y atteler mule ou mulet « superbement enharnaché »

 

L’année 1878 marqua la fin de cet usage brillant à cause, 
dit-on, de rivalités existantes entre
 deux catégories d’agriculteurs :           
les huppées (li crano) et les moins favorisés  (li pèd-terrous).         
En 1938 les agriculteurs décident de ressusciter 
la sortie du char mais la seconde 
guerre mondiale y mettra fin. 
Il faudra attendre 1981 pour que cette tradition  soit remise 
au goût du jour et  prenne également pour nom 
la confrérie de Saint-Jean dont voici quelques membres.

 

Depuis, les mules et les mulets laissent leur place 
à de magnifiques chevaux
 lourds de race bretonne et comtoise, appartenant à des particuliers 
qui ne sont plus uniquement des agriculteurs.
         Des propriétaires passionnés par les traditions
 et qui souvent
 gardent les chevaux uniquement pour les sorties
 dans le triangle entre 
la chaîne des Alpilles et la Durance.

 

 

 

Les Barbentannais garnissent  la charrette de branches d'ormeaux.
 Le fronton de la charrette est entouré de glaïeuls. 
Au-dessus du meneur est accroché le tableau de Saint-Jean-Bastiste 
entouré de deux drapeaux de Saint-Jean.            
Depuis 1983, Marius Teyssedou mène la charrette.
Les chevaux sont harnachés à la mode sarrasine:
brides et colliers sont ornés de houppes de laine, 
rubans multicolores, 
pompons et plumes de différentes couleurs
et incrustés de petits miroirs aux mille reflets. 
Grelots et clochettes tintent au rythme des sabots.

 

 

Depuis juin 2007 Marius Teyssedou est assisté de

Philippe DEURRIEU

pour mener la charrette.

La relève est assurée!!

 

La semaine précédant la fête, les charretiers font le tour du village pour distribuer la "tortillade". Une sorte de brioche, offerte gracieusement aux habitants ainsi que le drapeau en souvenir.

La veille, le char est préparé et cela demande bien une demi-journée à une dizaine de personnes. Le matin du 24 juin les volontaires finissent de garnir les charrettes qui transportent les belles Arlésiennes!!

 

Une journée est réservée pour préparer les bouquets
de blé et de lavandes qui serviront à garnir les
calèches et les tables du déjeuner.

 

Le 23 au soir, le feu de Saint-Jean sur la place de l'église,
 le feu d'artifice et le bal animent le village
Le lendemain, huit heures, le déjeuner des charretiers précède 
le garnissage et l'attelage des chevaux. 
A propos du petit déjeuner,  il faut savoir
 qu'il est constitué de charcuterie, de fromage, 
la côte de mouton au barbecue et le rouge!!
 De quoi rendre les diététiciens  fous et les touristes sans voix!

 

Le repas des charretiers dans la salle des fêtes à Barbentane

 

 

Juin 2010, 550 déjeuners servis!!

 

 

La préparation des charrettes...

 

 

 

et des enfants!!

 

 

 

passez la souris, vous verrez un charmeur!!

 

 

 

Les jeunes cavaliers et cavalières!

 

 

 

Le départ du défilé
précédé par la fanfare
d'Aigues Mortes
et
suivi par les gardians.
La première calèche
occupée traditionnellement
par Monsieur le maire.

 

A onze heures le défilé démarre. 
Chaque charretier, vêtu d'un pantalon
 bleu de travail et d'une chemise blanche, 
tient en bride courte le cheval et
 à la main gauche met en honneur 
une Provençale en costume traditionnel. 

Lentement , une cinquantaine de chevaux
attelés en flèche (queue leu leu)
se dirigent vers le haut du village.
L'amicale équestre, une fanfare, 
 les farandoleurs
des Ailes du Moulin et les fouetteurs
précèdent le long attelage.

Place de l'église
 le curé procède à la bénédiction.
 

 

 

La Carreto Ramado

2009

 

 

 

 

Les Arlésiennes

 

 

 

 

Juin 2009, une grande année pour moi!
Grâce à mon amie Babette, enfin j'ai eu l'honneur de mettre l'habit d'Arlésienne.
Mme Huguette Paul de Saint Rémy de Provence, une spécialiste du costume d'Arles, nous a habillées et coiffées.

Un honneur, une émotion et une fierté!!

Et tant pis pour les grincheux qui retrouveront à y redire, pensez-vous, une belge habillée en Arlésienne époque Louis-Philippe!
Et bien non, rien n'y fera, j'étais trop heureuse de cette journée.

Merci à ceux qui m'ont tant fait plaisir.

 

 

 

 

Arrivée sur la place Saint-Joseph, une partie des bêtes sont dételées afin d'en garder qu'une vingtaine pour la course.
Deux tours d'une belle cavalcade qui s'enroule autour du rond-point, provocant l'enthousiasme du public.
Si un jour vous passez par BARBENTANE, ne ratez pas cette journée!!

 

 

 

La fête de la Saint Jean 2010


 

 

 

 

Quatre générations pour la famille 
Cuitad 
pour assiter à la
Carreto 2010
pour le plus grand bonheur
des parents!

 

La préparation pour cette fête à encore mobilisé beaucoup de 
volontaires cette année.
Les photos de 2012 sont de Guy Fluchère, 
personnage bien connu à Barbentane! 
Un homme au grand coeur 
et qui ne refuse pas de partager ses photos
 à ma grande joie!

 

Encore une semaine bien chargée
mais aussi une bonne raison
de se retrouver entre amis!

 

 






Pas moins de 630 déjeuners,
53 chevaux pour la Carreto Ramado,
une belle journée qui se termine par
les feux de la Saint-Jean sur la place de l'église





.

 

 

Haut de page